Acteurs, Chanteurs, Comédiens

Lilian renaud

Lilian RENAUD

Chanteur, né à Mamirolle en 1991

 

Attiré dés son plus jeune age par la musique, il commence à chanter à 10ans. A 15 ans il commence la guitare et est attiré par le rock.

En 2011, il obtient un BTS en industrie laitiére et débute son activité de fromager en Franche-Comté.

En 2014, il décide de prendre une année sabbatique et se consacre uniquement à la musique en s'inscrivant à l'école Music Academy International de Nancy. En novembre de la même année il se rend pour la premiére fois à Paris pour participer aux auditions de The Voice où il est sélectionné et remporte cette 4eme saison

En 2015, il est nommé aux NRJ Music Award dans la catégorie révélation francophone.

Son premier album , Le Bruit de l'aube, sort en Novembre 2015.

Avec plus de 150000 exemplaires écoulés, il reçoit un "disque de platine" en Janvier 2016. 

 

 

====================================

 

 

Guillaume ALDEBERT, né en 1973

 

Auteur – compositeur – interprète

 

 

C’est très petit qu’Aldebert arrive à Besançon. Son enfance est bercée par les textes de Brel et Brassens qu’écoutent ses parents. Plus tard, sa carrière de lycéen lui laisse de vastes plages de temps libre, utilisées à brûler les planches des scènes régionales dans diverses formations musicales (Power Slave, Killing Potatoes).

 

Ses études de photographie terminées, il change d’objectif et revient à ses premières amours : la chanson.

1999 : fort de sa plume habile et influencé par les auteurs qu’il affectionne, il sort un album 12 titres dressant, en chroniqueur attentif, des portraits de ses congénères et des aléas de la vie. L’enregistrement s’appelle « plateau télé ».

En 2000, il entame une tournée de 3 ans qui le conduira sur les routes de France et lui permettra de participer à de grands concerts : Francofolies de Nendaz (Suisse 2001), Francofolies de La Rochelle (2001), Montreux Jazz Festival, (2001) ainsi qu’en première partie d’Hubert-Félix Thiéfaine au Bataclan (2002) et de Tom Novembre à l’Européen (2003).

 

2002 : sortie du 2ème album « Sur place ou à emporter ».

 

En 2003, Aldebert est lauréat du trophée Radio-France de la Chanson Française.

 

2004 : nouvel album intitulé « l’année du singe ». Trentenaire, observateur des plaisirs simples qui composent le quotidien, Aldebert utilise ce ton naïf et frais qui lui est propre.

 

2006 : Le nouvel opus « Paradis disponibles » se classe à la 7ème place du top album, dès sa sortie. Toujours le même univers musical qui prône les joies simples.

 

Fin 2008, Aldebert sort l’album « enfantillages », destiné aux enfants mais apprécié par tous. Plusieurs artistes chantent avec lui : Renan Luce, Anne Sylvestre, Maxime le Forestier, Marcel Amont, Elodie Frégé et Clarika.

En quatre albums et plusieurs centaines de concerts, ce trentenaire auteur-compositeur, a réussi à séduire un public toujours plus grand. Avec ses yeux acérés, sa plume aiguisée, sa sensibilité et ses talents de conteur, Aldebert se place très haut dans le monde de la chanson française.

 

Début 2010, il crée un spectacle intitulé J'ai 10ans accompagné de quelques artistes du cirque Plume.

 

En Octobre 2013, il sort un album Enfantillage 2 qui comme le premier est dédié aux petits et grands. Sur cet album on retrouve entre autres des artistes comme Alizée, Archiméde,Bénabar, Louis Chedid, Claire Keim, Jocelyne Béroard du groupe Kassav et quelques autres. 

 

 

====================================

 

Laurence SEMONIN - LA MADELEINE PROUST

 

(née en 1951)

 

Comédienne, auteur et romancière, née à Morteau

Lola Sémonin - La madeleine Proust

 

D’abord institutrice, Laurence Sémonin se tourne rapidement vers une carrière artistique.

A 30 ans, elle crée son personnage « Madeleine Proust » : une vieille femme du Haut-Doubs qui raconte sa vie passée à la ferme, entre sa cuisine, ses amis et ses poules. Son humour est caustique, et elle nous fait partager ses coups de gueule, ses émotions et ses émerveillements tout en portant un regard aiguisé sur la société d'aujourd'hui. Le tout avec l’accent franc-comtois que nous aimons tant …

 

La phrase préférée de Madeleine Proust :

« Quand on voit c’qu’on voit et qu’on sait c’qu’on sait, on a bien raison d’penser c’qu’on pense et puis d’ne rien dire »

 

 

Cinq spectacles ont été présentés sans les théâtres parisiens et en tournée :

1982 : La Madeleine Proust en forme

1987 : La Madeleine Proust à Paris

2003 : La Madeleine Proust fait le tour du monde

2007 : La Trilogie

2008 : La Madeleine Proust, Création 2008 Haut-Débit

 

En cours de préparation "Kamel au pays de la Madeleine Proust" (titre provisoire) Écriture du scénario en cours

 

 

 

Quatre DVD sont sortis :

La Madeleine Proust en forme

La Madeleine Proust à Paris

La Madeleine Proust fait le tour du monde

La Madeleine Proust haut-Débit

 

 

 

 Laurence Sémonin, qui se fait appeler aujourd’hui Lola Sémonin, est également romancière reconnue.

Madeleine Proust, Une vie

2013

Quand j’étais p’tite, qui couvre les quatorze premières années de la Madeleine (1925-1939) est le premier tome de la saga Proust. En 459 pages, Lola Sémonin se révèle être une franche conteuse. Cet ouvrage se lit comme une chronique de la vie dans le Haut-Doubs pendant l’entre-deux guerres. Le style est alerte, vivant, habité par des personnages hauts en couleurs et truffé de dialogues truculents. Quand on le lit, on entend l’accent. Par exemple, On n’écrit pas « Besançon », mais « B’sançon »…

En tout cas, c’est là une excellente idée que de prolonger sur papier une existence née sur scène. Mad’leine est un vrai personnage. Elle entre aujourd’hui de plain-pied avec ses petits sabots de gamine dans la littérature. Et, déjà, on a hâte de savoir ce qui va se passer pendant son adolescence. On la quitte heureuse et amoureuse. Mais nous sommes en 1939 et, c’est de son âge, elle ne s’en soucie guère…

d j’étais p’tite (1925-1939)De Lola SémoninEditions : Pygmalion459 pages. 19,90 €
Cela fait trente ans que Lola Sémonin a enfanté la Madeleine Proust, trente ans qu’elle se glisse dans ses informes robes à fleurs, qu’elle prend l’accent si pittoresque du Haut-Doubs, et qu’elle la fait vivre sur scène. Comme la poule et l’œuf, la fusion est telle entre les deux femmes qu’on s’emmêle un peu les pinceaux pour savoir qui de la Madeleine ou de la Lola était avant l’autre… Toujours est-il qu’à grands coups de réalisme, Madeleine Bobillier veuve Proust s’est mise à exister. Et l’héroïne a vampirisé son auteure.
Lola n’y a pas mis le holà. Au contraire. La Madeleine étant devenue de plus en plus prégnante, de plus en plus réelle, qu’il lui a semblé tout à fait naturel de raconter sa vie. Et comme, mine de rien, la Madeleine a souffloté ses 88 bougies au printemps dernier, sa vie ne pouvait que se narrer en tranches.Quand j’étais p’tite, qui couvre les quatorze premières années de la Madeleine (1925-1939) est donc le premier tome de la saga Proust. En 459 pages, Lola Sémonin se révèle être une franche conteuse. Cet ouvrage se lit comme une chronique de la vie dans le Haut-Doubs pendant l’entre-deux guerres. Le style est alerte, vivant, habité par des personnages hauts en couleurs et truffé de dialogues truculents. Quand on le lit, on entend l’accent. Par exemple, On n’écrit pas « Besançon », mais « B’sançon »…
En tout cas, c’est là une excellente idée que de prolonger sur papier une existence née sur scène. Mad’leine est un vrai personnage. Elle entre aujourd’hui de plain-pied avec ses petits sabots de gamine dans la littérature. Et, déjà, on a hâte de savoir ce qui va se passer pendant son adolescence. On la quitte heureuse et amoureuse. Mais nous sommes en 1939 et, c’est de son âge, elle ne s’en soucie guerre…
En savoir plus sur http://www.paperblog.fr/6757351/la-madeleine-proust-une-vie/#WYwyZLGYZhjQtuR2.99

 

En tout cas, c’est là une excellente idée que de prolonger sur papier une existence née sur scène. Mad’leine est un vrai personnage. Elle entre aujourd’hui de plain-pied avec ses petits sabots de gamine dans la littérature. Et, déjà, on a hâte de savoir ce qui va se passer pendant son adolescence. On la quitte heureuse et amoureuse. Mais nous sommes en 1939 et, c’est de son âge, elle ne s’en soucie guerre…
En savoir plus sur http://www.paperblog.fr/6757351/la-madeleine-proust-une-vie/#WYwyZLGYZhjQtuR2.99
Quand j’étais p’tite (1925-1939)De Lola SémoninEditions : Pygmalion459 pages. 19,90 €
Cela fait trente ans que Lola Sémonin a enfanté la Madeleine Proust, trente ans qu’elle se glisse dans ses informes robes à fleurs, qu’elle prend l’accent si pittoresque du Haut-Doubs, et qu’elle la fait vivre sur scène. Comme la poule et l’œuf, la fusion est telle entre les deux femmes qu’on s’emmêle un peu les pinceaux pour savoir qui de la Madeleine ou de la Lola était avant l’autre… Toujours est-il qu’à grands coups de réalisme, Madeleine Bobillier veuve Proust s’est mise à exister. Et l’héroïne a vampirisé son auteure.
Lola n’y a pas mis le holà. Au contraire. La Madeleine étant devenue de plus en plus prégnante, de plus en plus réelle, qu’il lui a semblé tout à fait naturel de raconter sa vie. Et comme, mine de rien, la Madeleine a souffloté ses 88 bougies au printemps dernier, sa vie ne pouvait que se narrer en tranches.Quand j’étais p’tite, qui couvre les quatorze premières années de la Madeleine (1925-1939) est donc le premier tome de la saga Proust. En 459 pages, Lola Sémonin se révèle être une franche conteuse. Cet ouvrage se lit comme une chronique de la vie dans le Haut-Doubs pendant l’entre-deux guerres. Le style est alerte, vivant, habité par des personnages hauts en couleurs et truffé de dialogues truculents. Quand on le lit, on entend l’accent. Par exemple, On n’écrit pas « Besançon », mais « B’sançon »…
En tout cas, c’est là une excellente idée que de prolonger sur papier une existence née sur scène. Mad’leine est un vrai personnage. Elle entre aujourd’hui de plain-pied avec ses petits sabots de gamine dans la littérature. Et, déjà, on a hâte de savoir ce qui va se passer pendant son adolescence. On la quitte heureuse et amoureuse. Mais nous sommes en 1939 et, c’est de son âge, elle ne s’en soucie guerre…
En savoir plus sur http://www.paperblog.fr/6757351/la-madeleine-proust-une-vie/#WYwyZLGYZhjQtuR2.99
Quand j’étais p’tite (1925-1939)De Lola SémoninEditions : Pygmalion459 pages. 19,90 €
Cela fait trente ans que Lola Sémonin a enfanté la Madeleine Proust, trente ans qu’elle se glisse dans ses informes robes à fleurs, qu’elle prend l’accent si pittoresque du Haut-Doubs, et qu’elle la fait vivre sur scène. Comme la poule et l’œuf, la fusion est telle entre les deux femmes qu’on s’emmêle un peu les pinceaux pour savoir qui de la Madeleine ou de la Lola était avant l’autre… Toujours est-il qu’à grands coups de réalisme, Madeleine Bobillier veuve Proust s’est mise à exister. Et l’héroïne a vampirisé son auteure.
Lola n’y a pas mis le holà. Au contraire. La Madeleine étant devenue de plus en plus prégnante, de plus en plus réelle, qu’il lui a semblé tout à fait naturel de raconter sa vie. Et comme, mine de rien, la Madeleine a souffloté ses 88 bougies au printemps dernier, sa vie ne pouvait que se narrer en tranches.Quand j’étais p’tite, qui couvre les quatorze premières années de la Madeleine (1925-1939) est donc le premier tome de la saga Proust. En 459 pages, Lola Sémonin se révèle être une franche conteuse. Cet ouvrage se lit comme une chronique de la vie dans le Haut-Doubs pendant l’entre-deux guerres. Le style est alerte, vivant, habité par des personnages hauts en couleurs et truffé de dialogues truculents. Quand on le lit, on entend l’accent. Par exemple, On n’écrit pas « Besançon », mais « B’sançon »…
En tout cas, c’est là une excellente idée que de prolonger sur papier une existence née sur scène. Mad’leine est un vrai personnage. Elle entre aujourd’hui de plain-pied avec ses petits sabots de gamine dans la littérature. Et, déjà, on a hâte de savoir ce qui va se passer pendant son adolescence. On la quitte heureuse et amoureuse. Mais nous sommes en 1939 et, c’est de son âge, elle ne s’en soucie guerre…
En savoir plus sur http://www.paperblog.fr/6757351/la-madeleine-proust-une-vie/#WYwyZLGYZhjQtuR2.99
Madeleine Proust, Le cri du milan

2000

Épopée lyrique, hymne à la nature, Le cri du milan est un vrai récit de liberté et d’amour qui nous emporte, nous happe dans les airs et nous bouleverse.

Ce roman a reçu le prix Louis Pergaud, prix littéraire français créé en 1953 par l'association des Franc-Comtois à Paris. Il a été créé en l'honneur de louis Pergaud (prix Goncourt 1910, originaire de Franche-Comté. Le prix est décerné à un écrivain, comtois ou non, dont l'œuvre concerne la Franche-Comté, mais il peut aussi simplement être un auteur comtois

 

====================================

 

 

Damien JOUILLEROT

 

Acteur, né à Besançon en 1985

 

 

Damien entreprend des études de boulangerie lorsqu’il est repéré par Gérard Jugnot en 2001 qui l’engage pour un rôle dans le film « Monsieur Batignole ».

 

Voici une description de Damien par lui-même, en 2004 :

(Texte emprunté à son blog : http://damienjouillerot.skyrock.com/)

"J'ai 19 ans, et jusqu'à présent, j'avais plus de facilité à jouer des personnages de 15 ans que des personnages de 25 ans. On m'a engagé pour cela, c'est ce qui me faisait travailler. Dans ma tête, je suis encore un gamin. Comme mon personnage, je n'étais pas fait physiquement à l'âge de 15 ans et j'étais aussi en pensionnat. J'étais en première année de boulangerie en Franche-Comté, quand Gérard Jugnot est venu y tourner "Mr Batignole". J'y suis allé pour lui demander un autographe, s'il n'avait pas un petit rôle pour moi : j'avais les cheveux blonds décolorés, il m'a dit que cela n'allait pas, je lui ai dit que j'allais les couper. J'avais les yeux bruns et il fallait les yeux bleus, j'ai dit que j'allais mettre des lentilles Il m'a signalé que j'avais un appareil dentaire, je lui ai dit que j'allais l'enlever. Alors il m'a demandé de venir passer un essai et j'ai eu le rôle. "

 

Difficile d’avoir un meilleur début de carrière quand, à 19 ans on a déjà été dirigé par Gérard Jugnot, Jean Becket et Alain Chabat !

 

Filmographie :

2001    Monsieur Batignole, réalisation Gérard Jugnot
2002    Effroyables Jardins, réalisation, Jean Becker
2003    RRRrrr !!!, réalisation, Alain Chabat
2003    Malabar Princess, réalisation Gilles Legrand
2004    Les fautes d’orthographe, réalisation Jean-Jacques Zilbermann
2005    Les aiguilles rouges, réalisation Jean-François Davy
2006    Nuits blanches, réalisation Michaël Nakache
2007    La jeune fille et les loups, réalisation Gilles Legrand
2009    Rose et noir, de Gérard Jugnot
2011    L'amour sans le sexe, réalisation Jean-Baptiste Durand
2012    Amour, réalisation Michael Haneke
2012    Cassos, réalisation Philippe Carrese
2013    Le Clown de Belleville, réalisation Benjamin Nicolas
 
A quand le prochain film ?

 

====================================

 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×